Les Malas

11913077_10205143274678570_958594987_n

©Cristal d’Ö

Le mala (tengwa, en tibétain, Look-Pakam en Thaï) est le chapelet Bouddhiste, fidèle
compagnon du pratiquant qui le tient souvent à la main, enroulé autour du poignet ou autour de son cou comme un collier.

Le mot mala signifie en sanskrit « collier de fleurs » ou « guirlande de perles ». Il s’agit d’un chapelet regroupant 108 perles pouvant symboliser selon les pays:
-les 108 épreuves qu’a subi le Bouddha pour atteindre l’illumination et les 108 noms du Bouddha
– les 108 passions que doit surmonter le fidèleafin de se rapprocher de son idéal de méditation et d’ascétisme.
– Les 108 mudra (gestes rituels) dans le Tantra.
– Les 108 positions corporelles dans le Yoga.
– Les 108 feux allumés au Japon dans les cérémonies du culte des morts.
– Les 108 tombeaux extérieurs, au mont Hiei près de Kyoto, au Japon.
Le mala est le rosaire bouddhiste. Attribut des divinités, il est aussi l’objet usuel que les pratiquants utilisent pour réciter des mantras. Il sert de support tactile, en même temps qu’il permet de compter l’accumulation de mantras si l’on s’est fixé d’en répéter un nombre défini.
Le mala est composé de 108 perles enfilées, ce qui justifie son nom, puisqu’il signifie simplement « guirlande » (de perles). Les différents composants recèlent chacun une signification symbolique précise :
* La grosse perle (1) – souvent en ivoire ou en os- qui clôt la boucle représente la connaissance de la vacuité.
* Le petit cône (2) qui la surmonte est la marque de la vacuité elle-même.
* Le cordon (3) sur lequel les perles sont enfilées doit, théoriquement, se présenter comme une tresse de plusieurs fils :
• 3 fils symbolisent les 3 corps d’un Bouddha (Corps absolu, Corps de gloire, Corps d’émanation)
• 5 fils symbolisent les « cinq sagesse » ou « cinq familles » de Bouddhas
• 9 fils symbolisent le Bouddha primordial Vajradhara et les 8 grands Bodhisattvas.
*Le compteur terminé par un petit vajra (4) représente les moyens habiles et la compassion. Ses dix anneaux (5) servent à comptabiliser les centaines de mantras.
* Le compteur terminé par une petite cloche (6) symbolise la connaissance et la vacuité. Ses Dix anneaux servent à comptabiliser les milliers de mantras.
* les perles (7) elles-mêmes peuvent être de différentes matières. Pour les divinités, elles rappellent le plus souvent la couleur de leur corps : en rubis si la divinité est rouge, en cristal si elle est blanche, etc. Pour les pratiquants, les perles sont en graines de l’arbre de la Bodhi (l’arbre sous lequel le bouddha à atteint l’éveil), en bois de santal, en pierres semi-précieuses, en corail, etc.

D’après Petite encyclopédie des Divintés et Symboles du Bouddhisme Tibétain édition Claire Lumière.